Suggestion
Subscribe to the Subscribe
And/or subscribe to the Daily Meditation Newsletter (Many languages)
Chaine Youtube sur l'Enseignement de Krishnamurti en français S'abonner

Méditation Quotidienne avec Krishnamurti


pixabay.com

La sexualité


La sexualité pose problème car c'est selon toute vraisemblance dans l'acte sexuel que le moi est le plus totalement absent. Dans ces moments-là, on est heureux, parce que la conscience de soi, la conscience du « moi » cesse d'exister ; et le désir de renouveler cette expérience de renonciation au moi qui apporte le bonheur parfait, sans passé ni futur, l'exigence de ce bonheur complet qu'apporte la fusion, l'intégration totale, font que naturellement l'acte sexuel prend une importance extrême. N'est-ce pas exact? Parce que c'est quelque chose qui me procure une joie sans mélange, l'oubli total de moi, j'en redemande encore et encore. Pourquoi est-ce que j'en redemande? Parce que partout ailleurs je suis en conflit, à tous les niveaux divers de l'existence, l'ego ne cesse de se renforcer. Sur le plan économique, social, religieux, tout concourt à cet épaississement constant de la conscience de soi qu'est le conflit. En définitive, on n'a conscience de soi-même que lorsqu'il y a conflit. La conscience de soi est par sa nature même le corollaire du conflit.

Le problème, assurément, ce n'est pas le sexe, mais c'est de savoir comment se libérer du moi. Vous avez goûté cette saveur d'être, cet état dans lequel le moi n'est plus, ne serait-ce que l'espace de quelques secondes ; ou l'espace d'une journée – peu importe. Mais là où est le moi, il y a conflit, il y a souffrance, il y a lutte. D'où ce désir perpétuel de renouveler sans cesse cet état où l'on est libéré du moi.

Extrait du livre : CW, vol. V, p. 216

© 2016 Copyright by Krishnamurti Foundations


                         Diaspora      rss 

Sauf mention contraire, le contenu de ce site est mis à disposition selon les termes de la Licence CC BY-SA 4.0
Web Statistics